close

PRESS

PORTMANTEAU

Lapin Kansa / 10.6.2017 - Finland

YHTEYDET SYNTYVÄT NUOTTI NUOTILTA

Hiljaisuus-festivaali tarjoaa aitiopaikan monitaiteellisuuteen. Uutuusteoksissa kohtaavat musiikki, sirkus ja visuaalisuus.

Hiljaisuus-festivaalin antiin kuuluu jälleen tuoreinta nykysirkusta ja musiikkia kansainvälisiltä osaajilta. Tänä vuonna teoksissa näkyy kenties aiempaakin kirkkaammin eri taiteenalojen tasavertaisuus.

Festivaaliin on vanhastaan kuulunut mahdollisuus tutustua Hiljaisuus-residenssissä työstettyihin tai muuten vasta valmisteilla oleviin teoksiin.

Nyt Kaukosen työväentalolla avajaisissa nähdyt work-in-progress-teokset, Lauri Sallisen Solitude sekä Mira Ravaldin ja Luis Sartori do Valen Portmanteau, olisivat käyneet täysin valmiista.

Portmanteaun episodeja sitoivat yhteen retrofuturistinen ilme sekä avoimesti mutta alleviivaamatta käsitellyt kohtaamisen ja kohtaamattomuuden teemat.

Seitsemän vanhaa piirtoheitintä rakentavat hypnoottisen maailman. Kalvojen yksinkertainen grafiikka leiskahtaa psykedeeliseksi op-taiteeksi, ja toisiaan hylkivien nesteiden laavalamppuestetiikka kertaa esiintyjien vuorovaikutusta.

Yksinäinen heijastus herää henkiin Mira Ravaldin tanssittamaksi kuuksi, ja valosäleikkö kartoittaa kehojen korkeuskäyriä. Niin visuaalisuudessa kuin liikeilmaisussakin tietty kaoottisuus yhdistyy kiihkeyteen ja päämäärätietoisuuteen.

Luis Sartori do Valen rakentama hahmo jongleeraa itsetyytyväisenä ja sokeana, piittaamatta sen paremmin palloista kuin Ravaldin yrityksestä ottaa kontaktia. Antonio Alemannon vahva kontrabasso on lämpimästi läsnä.

Piirtoheitinten leikkisä nostalgisuus ja välitön vuorovaikutus esiintyjien kanssa keventävät hienosti teoksen tummia, synkkiäkin sävyjä. (…)

TENKA ISSAKAINEN

DOIS

Nousu / 21.03.2017 - Finland

Luis & Pedro Sartori do Vale: DOIS – Sirkusta ja veljesrakkautta

Kaksi komeaa miestä hurmasi naisyleisön Oulun Valvesalissa. Brasilialaiset veljekset Luis ja Pedro Sardori do Vale kävivät Oulun Musiikkijuhlilla kertomassa veljesrakkaudesta ja kilvoittelusta jousien ja akrobatian keinoin. Taitoa ja huumoria herroilla riittää. Flow-sirkussarjan noin tunnin mittainen esitys oli viihdyttävä ja hyväntuulinen. Kaksi miestä ja esitys Dois vieraili Oulussa 14. ja 15. maaliskuuta.

Tarkennanpa vähän: Me muutamat katsomossa istuneet miehet viihdyttiin myös oikein hyvin, vaikka en ihan niin ihastuksesta kiljahdellut kuin kauniimmat ystävät yleisössä. Jouset olivat jousipyssyjä, joita käytettiin välillä kekseliäästi soittimina.

Alussa on slapstick-huumoria ihan kirjaimellisesti – pientä kiusoittelua ja naamalle läpsimistä. Koko esityksen ajan leikitään ajoituksella. Lavasteena on pöydälle asetettu leivänpaahdin, josta Luis ja Pedro nappailevat leipiä väliin hyvinkin tarkasti. Musiikki rytmittää tapahtumia, ja valinnat ovat osuvia. Veljekset varioivat tarinaa Wilhelm Tellistä. Kaikki tietävät, että kertomuksessa ammutaan jousipyssyllä omenaa pään päältä – sen enempää ei tarvitse tietää.

Juoksentelu estradilla on usein hyvin ärsyttävää, mutta kilpajuoksu velipoikien kesken kaikkine jekkuineen on hauskaa. Sanon poikien, koska tässä ollaan jekkuilevia poikia. Pojat ottavat toisistaan mittaa. Rikoselokuvista tuttu lasersäteiden väistely ennen varastettavaa timanttia toteutettiin tauluihin ammutuilla nauhoilla. Akrobaatit selvisivät temppuradasta hyvin.

Lopussa Luis ja Pedro esittävät jousipyssyjen kanssa taidokkaan tanssin, jossa ensin uhataan nuolella ja sitten halataan sovussa. Tämä on esityksen teema. Veljesrakkauteen kuuluu kilvoittelu, mutta tässäkin rakkaus voittaa.

Näin sympaattisesta esityksestä ei haluaisi kirjoittaa mitään negatiivista, pari sanaa on sanottava kuitenkin. Alun hauskuus ja alkupuoli muutenkin toimii loistavasti. Lopussa intensiteetti vähän laskee, ja herrojen täysin ilmeiset taidot eivät pääse esiin. Olisin kaivannut myös enemmän tarkkuutta, vaikka välillä ammutaankin tarkoituksella ohi. Encore, jossa heiteltiin toista päähän omenoilla ei ollut hauskaa. Jatkuvuus  ja epätasaisuus olivat pieniä ongelmia – siirtymät tunnelmasta toiseen eivät toimineet.

Aulassa oli hämmentynyt tunnelma ennen esitystä. Kukaan ei oikein tiennyt mitä on tulossa. Näytös oli keskiviikkona 15. maaliskuuta kello 13. Aikaisesta esitysajasta huolimatta katsomossa istui paljon innostunutta väkeä. Kaikilla oli hymy huulilla esityksen jälkeen. Herrat Luis ja Pedro onnistuivat tuomaan iloa räntäsateeseen. Kuulin esityksen jälkeen ihastuneita kommentteja: ”Aivan ihana, tällä jaksaa taas pitkään eteenpäin arkea”. Tämä kertoo muutamalla sanalla, että Flow-sirkus ja Oulun Musiikkijuhlat ovat onnistuneet tarkoituksessaan. Se on hienoa.

PETE HUTTUNEN

Original article link: nousu.net

Magazine Stradda / n° 38-39 / summer 2016 - France

DOIS

ls ont 30 et 33 ans, viennent du Brésil, ont tous les deux étudié à l’ésac à Bruxelles, et oeuvrent ensemble pour la première fois. Mais ce qui se déroule sous nos yeux n’est autre que la continuation des jeux de l’enfance et des enjeux de l’adolescence. Ils n’ont plus d’âge, ces deux corps qui se comparent à se déshabiller, se courser, se battre, se titiller, se challenger, s’aider, s’aimer. Ils nous renvoient à nos rapports fraternels duels, oscillant entre partage d’une identité commune et besoin de se singulariser.

Tels des gémeaux sagittaires, ils nous révèlent la possibilité d’une coopération sans faille, lorsque face à face, pieds imbriqués, ils tiennent d’une main un arc et tendent la corde de l’arc tenu par l’autre, pour effectuer un double tir sidérant. La détente les déséquilibre, ils se rattrapent. Les deux flèches ont transpercé les panneaux rectangulaires qui sont de part et d’autre de la scène. Dans un mouvement de balancier, ils inversent la position, pour se retrouver face à face, les deux flèches orientées vers le cœur. Tension des cordes et du public. Puis, ils inversent encore, passent le bras au niveau du cou, et dans une étreinte, détendent : les deux flèches viennent se planter à côté des premières. Un sorte d’alchimie opère entre les contradictions fraternelles, ouvre le cœur, et les larmes coulent.

En dehors de cet instant culminant, nous sommes pris dans le flux d’une création polymorphe hallucinante. Les flèches sont les baguettes magiques de ces deux robins des bois à la dextérité époustouflante. Elles fusent, raflent les corps, transpercent les carrés de polystyrène, débouchonnent des bouteilles, rebondissent pour certaines. L’imminence du danger est rythmée par un toaster électrique qui grille toujours à la même fréquence des toasts – cibles qu’aucun ne rate. Mais ils savent aussi : transformer les flèches en pinceaux, dont les traits de peinture noire dansent en ombre chinoise (hommage à la peinture de leur mère artiste), tisser l’espace ou arrêter une flèche en plein vol pour que tout bouge autour d’elle (course autour du monde dessinée par leur père, dessinateur de presse). Cette flèche suspendue, semble être le canal de leur création artistique. Tenir le fil, garder le rythme, surveiller le toaster, viser : l’exigence est là et canalise musique, graphisme, acrobatie, danse, capoeira, tous les arts dans un flux qui pourrait ne plus avoir de fin.

PAULINE DE LA BOULAYE
1. « dois » en portugais signifie « deux »

Original article PDF: Stradda magazine_France_ete_2016

Newspaper Demokraatti / 16.05.2016 - Finland

Cirko-festivaali sisälsi komean kattauksen nykysirkusta

Sunnuntaina päättyneen Cirko-festivaalin loppuviikon esitykset esittelivät hyvin erilaisia tulokulmia sirkusesitykseen niin sisällöltään kuin keinoiltaan. Ainoana yhdistävänä tekijänä, jos sellaista nyt haluaa löytää, voi pitää fyysistä taitavuutta jossakin sellaisessa toiminnassa, joka ei kuulu arkielämän pariin.

Luis ja Pedro Sartori do Vale ovat veljeksiä, jotka olivat tehneet, yllätys, yllätys, veljeyttä käsittelevän esityksen Dois. Se perustui veljesten omiin muistoihin ja kokemuksiin tästä elämän ikäisestä sisarussuhteesta, josta ei koskaan pääse täysin eroon.

Teoksen kokoavana punaisena lankana oli heidän yhteinen jousiammuntaharrastuksensa. Jousta, nuolia ja ampumista käytettiin monella tapaa kuvamaan sekä veljesten välistä kilpailua että heidän keskinäistä kiintymystään ja yhteyttään. Lämminhenkisessä ja naljailevan huumorin sävyttämässä esityksessä toisesta otettiin mittaa muun muassa akrobaattisessa juoksukilpailussa tai leikkisässä painissa. Enkä totisesti ole koskaan aikaisemmin nähnyt, kuinka housut puetaan päälle ilman käsiä pelkillä vartalon liikkeillä. Ja tietysti musiikin mukaan tarkasti aksentoiden kuten kaikki muukin, mitä tässä mainiossa esityksessä tehtiin.

Original article PDF: Demokraatti_Finland_16_05_2016

La Strada Blog : Toaster, Pfeil und Bogen / 01.08.2016 - Austria

Es ist Montag Abend. Der erste Arbeitstag nach dem Urlaub hat eine Menge Gram gebracht. In der Post nichts als Rechnungen. Alle Leute am Telefon: Schlecht gelaunt. Man sollte öfter lachen statt sich zu ärgern. Aber wie? Am besten bei La Strada. Das Festival ist an diesem Montag bereits spürbar in der Stadt angekommen. Etwa wenn am Tummelplatz die Menschenmengen zur Musik der Zygos Brass Band tanzen. Oder wenn abends ein Brüderpaar zu Toaster, Pfeil und Bogen greift.

Die beiden Brasilianer beginnen mit einer schrägen Wilhelm Tell Nummer und steigern sukzessive das Tempo und den Witz. Perfektes Timing, nicht nur im Umgang mit dem getoasteten Weißbrot und der herunter gerutschten Hose, sowie viel Einfallsreichtum ergeben ein knapp 50-minütiges Programm, das zuweilen auch Raum lässt zum Nachdenken, zum Staunen. Über Kleinigkeiten, aber auch über das Understatement, mit dem hier Akrobatik betrieben wird. Am Ende scheitert der Versuch, den Pfeil mit dem Apfel aufzuspießen (ja, Sie haben richtig gelesen), vom Publikum gibt es zurecht großen Applaus.

Original article link

Website Tanz.at / 12.08.2016 - Austria

La Strada und Cirque Nouveau

(…) In „Dois“ sind es die beiden brasilianischen Brüder Luis und Pedro Sartori do Vale, die nach jahrelangem Auftreten in unterschiedlichen Kompagnien und Projekten hiermit die Bühnenfassung ihres ersten gemeinsamen Programmes präsentieren: Einen hochartistischen und hochsensiblen Dialog zwischen zwei (eng miteinander verbundenen) Menschen, die ihr Neben- und Miteinander nicht nur mit großer Ehrlichkeit – und durchaus männlich klischeehaft besetzt – künstlerisch umsetzten, sondern auch mit Selbstkritik und Humor. Sie überzeugen gleichermaßen mit ihrer Begeisterung für und ihrem außergewöhnlichen, präzisen Können mit Pfeil und Bogen wie durch ihren lustvoll spielerisch-kreativen Umgang damit; mit einem mythologisch wie sportlich konnotierten Gerät, das auch noch ganz andere, unbekannte Seiten – solche der musikalischen Art etwa – aufzuweisen hat. Sie „zwingen“ das Publikum zum Mitdenken, sie bringen es zum Lachen und sie veranlassen es zum Nachdenken – wobei ein vergnüglich staunend-überraschtes Erleben ihres Tuns ausnahmslos inbegriffen ist. (…)

Original article link

Newspaper Jornal do Commercio / 10.11.2016 - PE - Brazil

‘Dois’, de Luis e Pedro Sartori, investiga a fraternidade

Original article link

Newspaper Jornal do Commercio / 13.11.2016 - PE - Brazil

‘Dois’ e Zanni encerram o Festival de Circo do Brasil

Original article link

LENTO

The Circus Diaries Blog / 13.11.2013

LENTO – by Company Nuua

A field of carefully tended helium balloons sits silently and still upon the stage, while two white juggling balls discretely hint at the skills of Lento’s performers.  The collaboration between Brazilian Luis Sartori do Vale and Finnish Olli Vuorinen, resulting in Company Nuua, takes both their circus school training and their visual artistry, to create an hour of wonder that keeps all ages entranced.

The first encounter with the two performers showcases their masterful sense of timing and physical storytelling; with a ball perched precariously atop each of their heads, they attempt to acknowledge each other in a comically revealing manner.  Vuorinen’s nervous energy presents a great contrast to the seeming resignation and apathy of Sartori and, as they begin to drag each other without resistance through the enticing crop of balloons, I am reminded of the relationship between Didi and Gogo in Beckett’s classic, Waiting for Godot.
Sometimes working to help each other, sometimes appearing to sabotage the other’s game,  the two men create their own sense in a non-sensical world, where an unending chorus of balloons become dancers in their own right.  The manipulation of strings, air-flow, gravity and sound is precise, elegant and fluid, with a constant stream of surprises.  The elements of new magic which combine with the dextrous and innovative juggling are a further treat, as we try to discern ‘just how do they do that!’

The floor microphones that amplify squeaking shoes, chinking metal magnets and bodily contact emphasise the isolated otherworldliness of the onstage universe, and blend neatly into Petteri Rajanti’s neo-classical soundscape.  The music is evocative, and adds energy to the gentle show, particularly during the construction of a magnificent big-top – using only balloons and clever lighting – which receives a spontaneous applause.

Crowds of feather-light companions are reminiscent of the charming airborne carrier-bags of Cie Non Nova’s L’après-midi d’un Foehn, and the well-crafted incidental humour that features throughout the piece keeps us fully engaged with the human performers as well.  The intricacies and precision that have been practised and played over a thousand times are treated as new discoveries, and the whole show is as magical an experience as you could hope to encounter.

Original article link

Newspaper Essonne Info / 13.02.2014 - France

Ce samedi 15 février, la Compagnie Nuua présentera son dernier spectacle intitulé Lento à la salle Jean Lurçat de Juvisy-sur-Orge. Entre jonglage et magie, les artistes produiront une performance à couper le souffle.

Leur seul décor, des ballons blancs gonflés à l’hélium reliés au sol par de fines cordelettes. Bienvenue dans l’univers de la compagnie Nuua. Cette troupe originaire de Finlande, de cirque et de théâtre visuel, est née de la collaboration entre l’artiste de cirque finlandais Olli Vuorinen, et du plasticien brésilien Luis Sartori Do Valle. Lauréat du Circus Next 2013 qui récompense les jeunes talents du cirque en Europe, ce duo atypique arrive donc sur les planches de l’Espace Jean Lurçat de Juvisy ce samedi 15 février.

Par le biais de leur unique décor s’apparentant à une forêt de ballon, le duo vous fera partager un moment de poésie rare. Avec cet univers étrange et onirique, les deux artistes dialoguent entre eux et avec leurs objets. Les ballons ont presque leur propre existence. Les artistes jouent avec leur comportement et semblent même leur parler, ce qui donne l’impression qu’ils sont animés. Avec une impression de légèreté et de souplesse, le duo de la Compagnie Nuua crée une manière de jouer où le corps travaille en collaboration avec les objets. Ils arrivent ainsi à dicter une histoire et à la faire vivre.

Outre l’aspect poétique qui prend une place importante dans ce spectacle, les artistes se prêtent aussi à des acrobaties, du jonglage ou encore de la danse. De quoi apprécier le travail d’acteur du duo finlandais.

Original article link

Newspaper Le Vif / 24.03.2014 - Belgium

Lento, ou l’éloge de l’apesanteur

La compagnie Nuua, dans le cadre du Festival Up!, présentait samedi son spectacle Lento au Théâtre Marni, à Bruxelles. Durant 50 minutes, deux artistes de cirque ont dialogué physiquement avec des ballons, défiant les lois de la gravité.

Olli Vuorinen et Luis Sartori do Vale, respectivement Finlandais et Brésilien, sont les dompteurs d’aujourd’hui, mais des dompteurs de ballons. Ils ne sont pas non plus sans rappeler les duos comiques, dans une forme plus gracieuse. Leurs pitreries contrôlées sont rythmées par des musiques additionnelles, à l’instar du cinéma muet. Mais leur spectacle est avant tout un jeu entre l’ordre et le désordre qui défie toute loi de la physique, où les ballons sont indécis entre ciel et terre.

C’est sur l’aérien Nocturne en mi bémol majeur de Chopin que le spectacle commence. Les deux artistes se cherchent du regard avec un oeuf sur la tête, emprunts d’une maladresse de jeunes amoureux. Le ton est déjà léger et poétique. Après la découverte de l’autre, c’est la découverte de l’objet qui survient: la scène est remplie de ballons de baudruche blancs, couleur de la sobriété. Fixés au sol par des cordes et un poids, ceux-ci seront bientôt libérés, manipulés par les artistes. Les deux circassiens expérimentent, et finissent par maîtriser ces balles gonflées à l’hélium.

Après ces instants de flottements, les artistes enchaînent alors petites scènes sur petites scènes, où leur apprivoisement devient de plus en plus impressionnant. Ces objets leur sont malléables à souhait: chorégraphie, jonglerie, équilibre, création d’un chapiteau, composition de sons… jusqu’à l’envol final. Il ne faut cependant pas brusquer ces ballons de baudruche, si fragiles. C’est pourquoi Olli Vuorinen et Luis Sartori do Vale les manipulent avec délicatesse et que Lento porte bien son nom: à travers cette succession de scènes, le spectacle prend le temps de se développer. L’art de la représentation s’inscrit alors dans la simplicité, où le spectateur retrouve le temps d’un instant ses yeux d’enfant, où l’émerveillement est sans limite. Et c’est cela, la magie du cirque.

Original article link

Website Naja 21 / 06.05.2015 - France

Luis Sartori Do Vale et Olli Vuorinen, les sens de la légèreté

Dans une forêt de ballons gonflés à l’hélium, deux garçons glissent, dansent et dialoguent entre eux. Luis Sartori Do Vale et Olli Vuorinen forment la compagnie de cirque Nuaa, lauréats du CircusNext 2012-2013. Leur première création Lento est présentée jusqu’au 7 mai au Théâtre de la Cité internationale.

CircusNext. Olli Vuorinen est long, blond et finlandais. Luis Sartori Do Vale est trapu, barbu et brésilien. Les deux circadiens se rencontrent en 2010 dans une salle d’Helsinki. Ils se mettent à jongler ensemble « pendant trois, quatre heures ». A la fin de la journée, « on s’est dit qu’il fallait qu’on fasse quelque chose ensemble », raconte Olli, dont les grands yeux étonnés ne perdent pas une miette des questions qu’on lui pose. Les deux artistes viennent d’essuyer quatre passages devant les applaudissements, dix minutes de petiots en folie devant les ballons lancés gracieusement au public et 50 minutes de représentation au Théâtre de la Cité internationale à Paris.

L’un confortablement assis dans son siège en velours, l’autre en équilibre sur le bord du strapontin, ils retracent l’aventure de leur spectacle Lento qui les a mené dans une quarantaine de théâtres européens. « On avait une chose en commun : celle de vouloir travailler, plus que sur la jonglerie pure, sur un côté esthétique et poétique ».  Après « cinq ou six mois » de création, les deux jeunes déposent leur candidature dans le cadre du dispositif européen CircusNext en 2012. Leur performance tape dans l’oeil du jury de l’appel à projets et ils sont sélectionnés parmi les lauréats. Depuis, la compagnie Nuua est formée et le spectacle Lento, enrichi par une résidence d’écriture, fait une tournée européenne : sur scène, soixante ballons gonflés à l’hélium, amarrés à des ficelles. Un éclairage glamour bleuté, entouré par les ténèbres. Deux corps qui jouent, se trainent, expérimentent les sensations produites par le plus universel des objets aériens.

Ficelle. « Le ballon comme objet de jonglerie est venu assezvite », expliquent-ils. L’hélium, plus léger que l’air, change tous les repères gravitationnels des deux artistes. Luis Sartori Do Vale l’expérimente en premier, un après-midi, après avoir observé une petite fille lâcher inlassablement son ballon puis le rattraper par sa ficelle. « On a commencé à travailler sur toute sortes d’objets, mais on les a tous laissé tomber au fur et à mesure, pour se concentrer sur le ballon». En pleine recherche esthétique, les deux garçons regardent des films, comme Le ballon rouge d’Albert Lamorisse, l’animation Là-haut et tout ce qui tombe… sur le clavier de leur ordinateur. « On a même trouvé un site réservé aux adultes, avec des filles toutes nues et des ballons », éclatent-ils de rire. « On s’est inspiré de ça, lorsque l’on caresse un ballon ».

Onirique. Une multitude de saynètes compose le spectacle. Pas de dramaturgie au sens propre mais un enchainement des problématiques très ouvertes comme la fragilité, le lâcher prise, la sensualité, la mort, l’exploration. Les jeunes créateurs refusent pourtant de donner des clés trop précises sur leur narration. « Nous voulons que chacun puisse interpréter ce qu’il veut dans ce qui est montré ». Et cela marche. A la fin de la séance, chacun, entre deux portes, rapporte sa vision : une forêt de petits ballons devient tour à tour une marée de méduses, de spermatozoïdes, ou une métaphore onirique.

« Le cirque a toujours été considéré comme une performance. Avec Lento, nous disons qu’il peut aussi être un médium d’observation ». Pour ce faire, Olli Vuorinen et Luis Sartori Do Vale ont construit leur pièce comme un « making off » de la découverte de leur matière gonflée. Par exemple, « la première fois que nous avons essayé de lâcher plusieurs ballons, on avait le cœur battant, de peur de pas pouvoir le rattraper. On a donc axé notre chorégraphie pour faire partager cette sensation ».

Bio :

La compagnie Nuua est une compagnie de cirque contemporain et de théâtre visuel basée en Finlande. Elle est le fruit de la collaboration entre le Finlandais Olli Vuorinen et le Brésilien Luis Sartori do Vale, et compte aussi avec Jere Mönkkönen (création lumière), Petteri Rajanti (musicien) et Anne Jämsä (création costumes). Venant de différents horizons artistiques et géographiques, les deux jongleurs créent leur propre technique de jonglage où le corps travaille avec les objets.

Olli Vuorinen jongle depuis plus d’une dizaine d’années, il a obtenu son diplôme de l’Académie Fratellini en 2011. C’est dans cette école de cirque qu’il rencontre Guillaume Bertrand, un artiste de cirque avec qui il collabore pour la création de son solo Untangle. Olli travaille actuellement avec la compagnie Les Objets Volants (Liaison Carbone) et la compagnie Nuua. Il est connu pour son approche personnelle et innovante des techniques de jonglage.

Luis Sartori Do Vale, après un diplôme en arts plastiques, sort diplômé en 2008 de l’École Supérieure des Arts du Cirque (ESAC) en Belgique, en jonglage et acrobatie. Il développe depuis ses propres projets et travaille avec différents metteurs-en-scène et chorégraphes, comme Rolf Alma, Liisa Risu ou Reynaldo Ramperssad, et plusieurs compagnies comme Archaos, Les 7 Doigts de la Main et Hurjaruuth. Quand il ne travaille pas sur des projets de spectacle vivant, Luis continue de s’intéresser au domaine des arts visuels (illustration et animation).

Original article link

Interview for Théâtre de la Cité Internationale - January 2015 - France

Entretien avec Luis Sartori Do Vale

Comment avez-vous décidé de jouer avec des ballons d’hélium ?

Un jour, je regardais la fille d’un ami jouer avec un ballon. Elle le lâchait jusqu’à ce qu’il touche le plafond, l’attrapait, le relâchait. J’ai commencé à jouer avec elle et ça s’est transformé tout seul en un jeu de jonglerie. Petit à petit, de nouvelles idées ont surgi et avec Olli, nous avons décidé de continuer à chercher ce qu’on pouvait faire avec des ballons et voilà, ils ont fini par constituer tout le spectacle.

Est-ce leur qualité poétique qui vous a d’abord attirés ?

Les ballons nous intéressent à la fois esthétiquement et physiquement. Les ballons d’hélium appartiennent à un univers ludique populaire. Tout le monde sait comment ça marche. En travaillant avec ces objets familiers, nous avions le sentiment de pouvoir créer un lien plus fort avec le public. Puisque les spectateurs ont sûrement leurs propres expériences avec cet objet, ils peuvent appréhender le spectacle d’une manière totalement différente et accroître les possibilités d’interprétation.

Pendant la création, nous avons cherché des façons nouvelles de manipuler les ballons et de jongler avec, d’explorer leurs potentialités graphiques, poétiques et ludiques. Nous avons aussi travaillé sur les paradoxes et les contraires, contrôle / perte de contrôle, légèreté / lourdeur, délicatesse / maladresse, force / fragilité, attendu / inattendu…

Dans le jonglage traditionnel, les objets retombent toujours dans les mains du jongleur, à cause de la gravité. Les ballons d’hélium essaient eux de s’échapper. Il faut réagir vite (et doucement) pour attraper la ficelle et ramener le ballon. La moindre distraction peut faire que le ballon « tombe » dans l’air. Cela crée un risque réel et un sentiment de tension et de « danger ». L’objet n’est plus seulement un objet, il a sa propre vie. Le jongleur a l’air de dialoguer avec la volonté physique de ses instruments.

Les ballons d’hélium évoquent facilement l’enfance. Avez-vous fouillé dans vos propres mémoires pour créer le spectacle ?

Il y a beaucoup de références à l’enfance dans le spectacle : pas seulement des souvenirs, des peurs aussi, des désirs et des rêves. Mais nous n’avons pas forcément cherché dans nos propres mémoires. Le cinéma (par exemple Le Ballon rouge d’Albert Lamorisse), les dessins animés, les images nous ont aussi inspirés. Nous avons essayé de créer des scènes et des situations qui puissent faire appel à la mémoire des spectateurs.

Avez-vous construit des personnages pour cette pièce ? J’ai l’impression que les clowns avaient pu vous inspirer…

Nous n’avons pas vraiment cherché à composer des personnages. Nos réactions et nos expressions sur scène sont fondées sur nos réactions instinctives, souvent faites de surprise et d’émerveillement. Toutefois notre tendance, c’est d’essayer d’être le plus neutre possible pour que les ballons soient vraiment le centre de l’attention.

Chaque fois qu’on voit un ballon, on se dit qu’il est très fragile. Comme si c’était une façon de parler de la fragilité de l’existence humaine ou de la cohabitation humaine…

Il y a beaucoup de façons de lire ce spectacle, mais c’est certainement une des façons de le voir. Bien que les ballons semblent des objets très fragiles, ils sont parfois très solides. Tout comme les humains, les ballons sont aussi très imprévisibles. Ils peuvent exploser ou s’échapper quand on ne s’y attend pas. Parfois, nous jouons avec le risque, nous mettons leur fragilité à l’épreuve, parfois nous essayons de les contrôler, parfois nous acceptons ce qui arrive et laissons faire.

Y a-t-il une dramaturgie qui sous-tend Lento ?

Non il n’y en a pas. En tout cas, pas dans un sens classique et narratif. Bien qu’abstraite, chaque scène a une signification différente et les scènes peuvent changer de sens en fonction de leur place dans le spectacle, en fonction des scènes qui les suivent et les précèdent. Nous avons construit le spectacle plus comme une «expérience sensorielle» que comme un récit chronologique. Nous invitons le public à voyager avec nous dans un univers poétique et onirique. Nous ne voulons pas être des guides mais plutôt des observateurs.

Vous êtes deux hommes sur scène mais vos gestes sont plutôt délicats. Est-ce qu’avec Lento vous avez eu envie d’explorer une nouvelle masculinité ?

Je dois dire que nous n’avons jamais vraiment pensé cette dimension du genre. Je ne nous vois pas comme deux hommes sur la scène mais plutôt comme deux individus différents. Nous avons des gestes délicats à cause des objets que nous manipulons, mais je n’associerai pas ces gestes à une nouvelle masculinité – chaque homme a cela en lui, cette attention aux choses. Même s’il est vrai que nous sommes en manque de délicatesse aujourd’hui, et que ce serait bien d’en voir plus dans le monde.

Propos recueillis par Stéphane Bouquet, janvier 2015

Original article link

x
social share